🇲🇦-(R)évolution de l’enseignement public dès cette rentrée scolaire

Le ministre de l’Éducation nationale lance un vaste plan de réforme de l’enseignement public englobant le Préscolaire,de nouvelles méthodes pédagogiques,la lutte contre l’échec scolaire,l’ introduction de l’anglais…

Cette rentrée 2023-2024 sera l’occasion de tester sur le terrain ses ambitions de généralisation de l’école préscolaire (4-5 ans).

La reforme sera soumise à un contrôle continu qui fera office de garde-fou en vue de s’assurer de l’efficacité de l’accompagnement des enfants dans les établissements.

Actuellement, toutes les études tendent à démontrer que le niveau des élèves du pays n’est pas brillant.

La solution pourrait venir de loin pour combler les lacunes dont ils souffrent.

Teaching at the right level (TarL) est une méthode conçue en Inde et déjà expérimentée chez nous. Avec quelques progrès…

Ayant déjà fait ses preuves en France et au Canada notamment, l’enseignement explicite sera appliqué à l’arabe, au français et aux mathématiques.

Avec l’aide de chercheurs canadiens, le ministre de l’Éducation l’a importé et adapté au Maroc. .

Les écoles pionnières constituent le socle des réformes introduites.

Ces établissements feront office de pilote pour la généralisation du soutien scolaire, mais aussi pour l’adoption d’une nouvelle méthode d’enseignement.

L’année scolaire 2023-2024 marquera le coup d’envoi de la généralisation de l’apprentissage de la langue anglaise à l’ensemble des classes du collège.

La langue amazighe est pour sa part déjà enseignée dans 1.660 établissements primaires. A l’horizon 2030, le ministère envisage une généralisation à l’ensemble des écoles primaires du Royaume .

Les trois principaux objectifs de la réforme de l’éducation sont :

  • l’amélioration des seuils d’apprentissage,
  • la réduction de près d’un tiers de l’abandon scolaire et
  • l’amélioration de la participation des élèves à la vie scolaire, que l’on envisage de doubler.

Les écoles pionnières, qui s’articulent essentiellement sur la manière d’enseigner aux élèves sur la base de leur niveau RÉEL et non de leur niveau scolaire, sont donc au cœur de la transformation du secteur, construite sur la base de diagnostics nationaux et internationaux, qui ont rappelé à plusieurs reprises que le niveau des élèves marocains dans les différents cycles est en deçà de nos souhaits.

En amont de cette généralisation, il y a eu tout un travail de préparation de guides, d’outils, de formation des inspecteurs et des enseignants, de mise en place logistique, d’équipement des salles de classe de Datashow (Videoprojecteur) notamment, et de réorganisation des élèves…

Durant cette expérience, les enseignants seront, eux, étroitement accompagnés par les inspecteurs, dans le cadre d’un projet intégré pédagogique, en tant qu’outil de gouvernance au niveau des établissements scolaires.

Les écoles qui ont été choisies pour cette expérimentation élargie sont des écoles volontaires qui ont postulé pour participer à cette réforme.

Cette expérience permettra ensuite évaluer l’élargissement de cette méthode, pour pouvoir apporter des réponses adéquates aux différents diagnostics qui ont été faits, qui englobent également le collège et le lycée, afin d’améliorer l’apprentissage des matières essentielles, à savoir le français, l’arabe, la physique et les mathématiques, avant de passer à une nouvelle étape qu’est la généralisation de cette méthode de manière graduelle, pour permettre sa réussite

….

Source : Réforme de l’enseignement, Benmoussa nous explique sa méthode – Telquel.ma & Source : Anglais, amazighe, écoles pionnières, évaluation des acquis : les nouveautés de la rentrée scolaire 2023-2024 – Médias24

Laisser un commentaire